Son existence n’est attestée officiellement “que” depuis le 18ème siècle. Mais la légende le place bien plus tôt dans l’Histoire. Le Vieux Spijtigen Duivel, qui ne portait pas ce nom à l’origine, daterait de l’an 1500. Les murs de l’établissement suintent donc de plus de 5 siècles d’Histoire…

L’Ange au milieu des champs

Si l’on en croit la légende, c’est donc en l’an 1500 qu’ouvre l’auberge “À l’Ange” dans ce faubourg de Bruxelles, encore très rural et peu bâti. L’établissement accueille les voyageurs de passage dans la ville pour une ou 2 nuits et sert à manger.

Un jour de 1540, alors qu’il est en partance pour Paris, Charles Quint fait un bref arrêt dans l’établissement. Et c’est devant l’antipathie de la tenancière, qui ne l’avait pas reconnu, que l’Empereur, d’autorité, rebaptisa le lieu “Au Vieux Spijtigen Duivel” (= au Vieux Diable Repentant).

La Chaussée d’Alsemberg et l’age d’Or de l’établissement

Dans la première moitié du 18ème siècle, l’urbanisation s’accélère. On décide de construire une route pavée qui relie Bruxelles à Alsemberg. Le Vieux Spijtigen Duivel va tirer grand profit de la construction de la Chaussée d’Alsemberg qui voit sa fréquentation exploser à partir de 1750. Le “Spijt” connaît son âge d’or à la moitié du 19ème siècle ou il est un des établissement les plus renommés de Bruxelles. Charles Baudelaire et Victor Hugo y auraient écrit, en partie, quelques-unes de leurs œuvres les plus connues.

Le Spijt aujourd’hui

Toujours dans son âge d’Or, le Spijt fait s’écouler le temps différemment, plus lentement. L’intérieur n’a pas changé d’un poil (ni d’un poêle !). Hugo et Baudelaire ne sont plus là, mais leurs esprits hantent encore les tables autour du vieux poêle Godin qui réchauffe les clients l’hiver. L’enseigne en bois peint qui orne l’entrée du bar est d’origine (du 18ème). Les piliers nous parlent des illustres clients contemporains qui y boivent parfois : le chanteur Renaud y aurait bu quelques chopes, le poète ucclois Sam D’Ours y prend son inspiration, quelques fois, paraît-il. Blake et Mortimer, également, y font un passage dans leurs aventures.

Le Vieux Spijtigen Duivel ne fait plus office d’auberge depuis le 19ème, mais on peut toujours, et plus que jamais, y commander des plats bien bruxellois et de nombreuses bières. Le tout servi avec sourires et bienveillance qui font de votre visite au Spijt, au delà de l’indéniable cachet du lieu, une expérience unique.

Chez Brussels By Foot, d’ailleurs, on aime y faire de longues réunions de travail qui se prolongent tard le soir (et qui finissent par ne plus trop ressembler à des réunions d’ailleurs) !

Au vieux Spijtigen Duivel, 621 chaussée d’Alsemberg – 1180 Uccle